Les enfants de Belleville Paris

Dans nos quartiers populaires et cosmopolites, à Marseille, Toulouse, Lyon, Paris ou ailleurs, on retrouve ces lieux, ces endroits où la vie de chacun prend un autre sens, où pour certains elle prend tout son sens : l’échange.Ne répondant réellement à aucune autre logique que celle d’un collectif, ils deviennent au fil des années des points de ralliement, des lieux incontournables de rencontre pour un certain microcosme.

Aucune nécessité à se donner rendez-vous, pas besoin d’utiliser de téléphone portable. Vous pouvez être quasi sûr qu’à n’importe quelle heure de la journée et parfois de la nuit vous y trouverez une personne plus ou moins proche.

Ces lieux peuvent avoir de multiples formes, mais peu importe, les visages qu’on y croise sont les mêmes, et si effectivement l’aspect peut changer, le fond est similaire. En fin de compte, ce qui importe, c’est ce qu’il s’y passe… ce qui s’y vit.

Néanmoins, il arrive souvent que ce soit autour d’un terrain en gravier agrémenté d’une grille, de cages de foot ou de panneaux de basket que viennent s’articuler les petites choses de la vie d’un quartier, autant pour les enfants que pour les adultes.

Et nous voici dans le vingtième arrondissement de Paris, aux antipodes des axes superficiels, commerciaux et touristiques. Loin d’être un simple lieu communautariste, nous voici à Belleville, ou du moins sur son terrain de quartier.

Ici l’intérêt est moins la pratique d’un sport que de passer du temps avec les autres, petits et grands…